Tolérance zéro pour l’alcool durant la grossesse

A l’occasion de la Journée mondiale du Syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), le 9 septembre, l’agence sanitaire Santé publique France lance une campagne d’information qui durera tout le mois. Objectif : promouvoir le principe de précaution concernant la consommation d’alcool pendant la grossesse.

« Toute consommation d’alcool pendant la grossesse est susceptible de présenter un risque pour le fœtus, imposant le principe de précaution "zéro alcool pendant la grossesse" », rappelle Santé publique France. L’agence sanitaire publie, pour la première fois, une estimation nationale des troubles causés par l’alcoolisation fœtale et diagnostiqués chez les nouveau-nés.

Une femme sur dix concernée

Entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés, soit une naissance par jour, ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale dont, pour 452 d’entre eux, un SAF.
Six femmes interrogées sur dix dans le cadre du Baromètre santé 2017 (publié par Santé publique France), enceintes au moment de l’enquête ou mères d’un enfant de moins de cinq ans, avaient été informées des risques de la consommation d’alcool par le médecin ou la sage-femme qui les avaient suivies. Une sur dix a déclaré avoir consommé de l’alcool occasionnellement pendant sa grossesse.

Valoriser l’autoquestionnement

Les conséquences de l’alcool sur le fœtus sont pourtant graves. « L’exposition prénatale à l’alcool est un facteur de risque majeur pour le bon développement de l’enfant », insiste le Dr David Germanaud, neuropédiatre à l’hôpital Robert Debré (Paris).
Face à ces données, Santé publique France a orienté sa campagne autour de messages « empathiques et sans jugement » visant à valoriser l’autoquestionnement. La campagne média est complétée par un volet digital et un relais auprès des professionnels de santé. Des outils informatifs seront également mis à disposition dans leurs salles d’attente. Les femmes ayant des questions concernant leur consommation d’alcool au cours de leur grossesse peuvent se tourner vers Alcool Info Service (www.alcool-info-service.fr), site qui dispose aussi d’un espace dédié aux professionnels de santé.